Imagine

J’ai toujours crû au précepte de Rousseau (seule chose sur laquelle je suis d’accord avec lui) à savoir que « l’homme naît bon » et que c’est après que ça se gâte. J’ai
toujours voulu y croire.
Il faut dire que lorsque l’on suit, même très sporadiquement les informations, il est difficile de croire en la bonté humaine. Entre les guerres, les privations de
libertés ou de droits fondamentaux et autres manifestations de haine envers, par exemple, les étrangers ou les LGBT, on pourrait facilement penser que l’Homme n’est
autre qu’une bête sauvage qui joue à l’être civilisé.
J’ai toujours voulu croire que, non, le monde n’est pas mauvais. Que « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ». Je veux le croire. Encore. Malgré les
preuves quotidiennes que ce n’est pas le cas.
Je veux croire qu’un jour, bientôt, l’Homme cessera de regarder l’Autre avec peur ou haine.
Je veux croire que très bientôt, les guerres s’arrêteront, que l’Humanité sera enfin unie.
Je rêve que chacun soit accepté tel qu’il est, quelle que soit sa couleur de peau, son orientation sexuelle, sa religion ou encore son rang social. Que l’Homme cesse
de vouloir transformer l’Autre en son clone et prenne conscience de la richesse qu’est la diversité.
Je rêve sans doute trop. Je le sais. C’est mon côté humaniste, quelque peu utopiste.
Et malgré les mochetés que les infos diffusent chaque jour, je veux y croire.
On m’a dit que j’étais « stupide » et « naïve » de vouloir croire ça. J’assume ma naïveté. Un peu. Mais je ne pense pas que cela soit stupide. Pas plus, du moins, que ces
fanatiques religieux de tous bords qui proclament que Dieu/Allah/Yahvé/etc… est amour et qui, au nom de celui-ci, tuent ou, comme ces dernières semaines en France,
injurient et menacent les « Autres ».
Je suis peut-être naïve. D’accord. J’ai probablement tort de toujours vouloir croire en la bonté humaine. Je me sens d’ailleurs parfois obligée de m’isoler du monde
quand ça devient trop moche. Mais je ne perds jamais complètement espoir.
Un jour, le monde me prouvera que j’avais raison. Même si ça prendra sans doute du temps. Beaucoup de temps. Un pas à la fois. Pas de fourmi ou de géant, pas à pas, le
monde se dirigera vers mon rêve.
Un jour, enfin, il sera vrai que « tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ».
Un jour, les discriminations ne seront qu’un lointain (et honteux) souvenir.
Un jour, nous comprendrons qu’il y a de la place pour tout le monde sur cette petite boule rocheuse. Qu’importe d’où l’on vient. Qu’importe notre nationalité, nous
sommes avant tout humain. Que nous sommes une seule et même espèce. Qu’il n’y a pas de race, et encore moins de « race supérieure » et que le concept même de race n’est
qu’une invention d’hommes tellement effrayés par la différence qu’ils en sont réduits à haïr ceux qui ne leurs ressemblent pas parfaitement.
Un jour, nous ne seront plus qu’humain et nous ne remarqueront même plus si X ou Y est noir, blanc, jaune, rouge ou bleu à pois verts. Ok, pour les bleus à pois verts,
on le remarquera peut-être.
Un jour…
Vous verrez.

Image

Publicités

Semer des graines d'arc-en-ciel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s