Mug shots n°1 : La Fille qui attendait

On commence cette série de « mug shots » comme pour chaque conte de fée avec un « Il était une fois ».

100_2035

Il était un fois, des jumeaux, Il et Elle, nés à trois minutes d’intervalle. Depuis, Il avait toujours trois minutes de retard sur sa sœur. Les jumeaux faisaient toujours tout pareil ; ils les faisaient juste avec ces éternelles trois minutes de décalage.
Quand Elle était arrivée dans cet étrange monde où les champignons étaient haut comme des arbres, elle avait attendu son frère avant de partir à l’aventure. Attendu, attendu et encore attendu. Mais Il n’arrivait toujours pas, bien que les trois minutes habituelles fussent depuis longtemps passées. Peut-être était-il ailleurs dans ce drôle d’endroit ? Peut-être y avait-il plusieurs entrées ?
Elle hésita longtemps et décida que rester plantée là, à attendre sous ce champignon qui semblait sourire, n’allait pas l’aider à retrouver son jumeau. Prenant son courage à deux mains, elle entreprit de suivre un sentier qui menait à une drôle de forêt  d’où s’élevait une douce musique. Suivant le chemin moussu, Elle atteignit rapidement l’orée des bois et s’aperçut que la forêt était en fait un champ de fraisiers. Les fruits étaient quatre ou cinq fois plus gros qu’elle et embaumaient l’air d’une douce senteur sucrée. La musique qu’elle avait entendue auparavant était désormais accompagnée d’une voix mélodieuse, semblable à ce qu’elle imaginait être la voix d’une sirène. Curieuse, Elle s’enfonça plus profondément parmi les fraisiers à la recherche de la mystérieuse chanteuse.
Elle ne tarda pas à la trouver et recula aussitôt quand elle vit la créature à qui appartenait la sublime voix qu’elle avait suivie ; une énorme araignée plus grosse qu’elle, perchée sur une fraise.

-N’ais pas peur de moi, petite, je ne mange que des fraises. Tu es perdue ? C’est rare de voir des humains dans ce coin de la forêt.
-Je… Je cherche mon frère. Je ne sais pas où il est.
-Es-tu sûre qu’il est ici ?
-Oui, il fait toujours comme moi, avec trois minutes de décalage, mais j’ai attendu plus d’un quart d’heure et je ne l’ai toujours pas vu, il doit donc être ailleurs dans ce monde.
-Je suis désolée, petite fille, mais si tu ne l’as pas vu, c’est qu’il n’est pas là.
-Il a dû arriver dans ce monde par un autre endroit, insista Elle. Il est forcément ici !
-Il n’y a qu’une seule entrée. Près du gros champignon rieur. Si tu veux revoir ton frère, c’est là-bas que tu dois le chercher. Ou l’attendre, plutôt. Qui sait combien de temps s’écoulera avant qu’il n’arrive.

L’araignée disait-elle la vérité ? Devait-elle retourner sur ses pas et attendre Il ? Ou était-ce un mensonge et l’araignée savait-elle où était Il et refusait de lui dire pour une raison ou une autre ?
Non, l’araignée avait l’air honnête et semblait vraiment désolée pour Elle.

-Merci de votre aide, madame, je vais retourner attendre mon frère, maintenant.

Le retour vers le gros champignon ne lui prit que quelques minutes. L’attente de l’arrivée d’Il fut bien plus longue.

Les jours passaient et son frère n’apparaissait toujours pas. Chose étrange, durant tous ces jours, elle n’éprouva aucune faim ou soif, elle ne ressentait aucune fatigue et ses muscles ne s’endolorissaient pas quand elle restait longtemps dans la même position.
Les jours, les semaines, les mois et les années passèrent sans la moindre trace de Il. Combien de temps précisément s’était écoulé, Elle ne saurait dire, peut-être dix, quinze ans.
Elle avait découvert de nombreux secrets de cet étrange monde mais ignorait toujours où elle était et comment elle y était arrivée. Elle avait interrogé les insectes et autres animaux qui passaient près du gros champignons mais personne n’avait de réponse à lui donner ; ils étaient néanmoins prêts à lui apprendre comment voyager rapidement dans ce monde (les mousserons permettaient de s’envoler lorsque l’on s’accrochait à leurs pieds) ou quels coins de la Forêt des Fraisiers il fallait éviter une fois la nuit tombée, mais si elle leur posait une question sur sa raison dans cet endroit, ils se fermaient comme une huître.
Plusieurs décennies s’étaient écoulées quand un éclair de lumière bleue apparu près du gros champignon rieur. Lorsque la lumière aveuglante disparue, un vieillard se trouvait à sa place. Non, pas un vieillard, remarqua Elle, mais Il. Il qui semblait avoir plus de quatre-vingt ans. Dans les yeux du vieil homme brillaient des larmes qui ne tardèrent pas de rouler sur ses joues parcheminées.

-Elle…

Elle se précipita sur son jumeau, son petit visage lui aussi noyé de larmes.
Serrée contre son frère, Elle sentit celui-ci soudainement rapetisser pour bientôt faire la même taille qu’elle. Il était à nouveau tel qu’elle l’avait vu avant d’atterrir dans ce monde étrange.

-Tu m’as manqué, sœurette, durant toutes ces années.
-Toi aussi, petit frère.

Il sourit, il avait enfin retrouvée sa défunte sœur après plus de soixante-dix ans de séparation. Ils avaient désormais l’éternité pour rattraper ce temps perdu ; et sans leurs trois minutes de décalage cette fois.

Publicités

Semer des graines d'arc-en-ciel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s