[Writing 101] Reinvent the letter format – Cher anti-dépresseur

Je déteste écrire des lettres et je ne sais jamais comment les écrire, mais c’est ce qu’il m’est demandé, donc…

Cher anti-dépresseur,

Nous avons fait connaissance il y a de ça six jours et tu m’as promis monts et merveilles. Je t’ai crû ; avec toi, tout irait mieux.
Tu m’as prévenu qu’il faudrait quelques semaines avant que tout s’arrange. Je l’ai bien compris ; après tout, tu n’as pas de pouvoir magique, il est nécessaire de te laisser le temps de faire ton oeuvre.
Alors bien sûr, je ne te reprocherais pas le temps que tu mets à agir. Mais j’aimerais que tu m’expliques pourquoi tu juges nécessaire et acceptable de me faire sentir encore plus mal qu’avant notre rencontre. Pourquoi depuis que nous avons commencé notre relation, tu me rends apathique, ensommeillé·e à toute heure du jour ou de la nuit sans pour autant me laisser dormir. Pourquoi après six jours, tu me laisses encore plus vide q’avant, sans aucune envie ; pas même celle de faire l’effort de manger, alors que mon estomac crie famine. Pourquoi, depuis près d’une semaine, tu m’empêches de me concentrer sur quoi que ce soit, m’empêchant de lire (une des rares choses qui me fasse un tant soit peu envie). Je t’en prie, dis-moi tes raisons ; peut-être pourrais-je t’aider à m’aider, alors.
Je t’aime bien, anti-dépresseur, mais je t’aimerais encore plus si tu cessais de m’importuner de la sorte. Je sais que tu veux bien faire (du moins, je l’espère), mais ce n’est pas en me transformant en légume que tu vas me faire me sentir mieux.
Et tu sais ce que je crains le plus, cher anti-dépresseur ? Que lorsque dans deux jours, je devrais te prendre en double dose, tu sois encore plus mauvais avec moi.
Alors je sais que je te sors un peu violemment de ta petite plaquette et que sans te laisser le temps de dire « ouf » (ou « Quidditch », si tu préfères), je t’avale tout rond, vilain·e géant·e antidépresseurophage que je suis. Je sais tout ça, mais je t’en prie, petit anti-dépresseur chéri, aide-moi, aime-moi.

En espérant que nos relations s’améliorent rapidement,
Tout mon amour,

Paillette

Publicités

2 réflexions sur “[Writing 101] Reinvent the letter format – Cher anti-dépresseur

  1. tu as la possibilité d’en parler au médecin qui te l’a prescrit ? ajuster le dosage ? ‘ou bien il faut juste être patient-e?)(c’est très surfait la patience mais je crois que les médocs ont pas été mis au courant)
    Quoi qu’il en soit BISOUS, COURAGE ET LICORNES ♥

    • Être patient·e ^^
      J’avais eu le même problème de somnolence permanente au début où je prenais des anxiolytiques ; et ils ne sont pas à moitié aussi fort que l’anti-dépresseur. Et encore, l’anti-dép, j’en prends que la moitié de la dose pour l’instant ; justement, histoire de m’y habituer.
      Mais je suis pas patient·e et j’en ai marre d’attendre de m’habituer à ce scrogneugneu de médoc…
      En tout cas, merci tout plein beaucoup !

Semer des graines d'arc-en-ciel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s