52 divinités (Moritasgus, partie 2) + 366 Cadavres Exquis + 366 Objets

Le rail en latex du Loto égoutte le compositeur.

***

***

J’ai longtemps hésité quant à la forme que devait prendre ma partie écrite des « 52 divinités » ; présentation « scolaire » de la divinité en question ou texte d’imagination ? J’ai finalement choisi de créer une petite vignette mettant en scène le dieu ou la déesse dans mon univers (toujours en développement) « Eden SA » (dont vous pouvez lire une vignette ICI).
Pour résumer, je prends des divinités (ou êtres célestes) de différentes mythologies/religions, je mélange avec de l’humour idiot et une bonne dose de romance gay (ou pas, d’ailleurs), je saupoudre de références plus-ou-moins culturelles et je sers bien chaud.
Compris ? On y va.
(pour rappel, la partie dessinée de ce « 52 divinités » consacré à Moritasgus est )

Il n’aurait jamais dû écouter son frère ; il savait pourtant que les idées d’Hermès étaient toujours, au mieux idiotes, au pire dangereuses. Et pourtant, il était là, enfermé dans les toilettes du Panthéon, refusant de sortir.
Qu’est-ce qu’il avait crû ? Que parce qu’il s’était mis à la mode égyptienne, Horus allait oublier Seth pour se jeter dans ses bras ? Ou qu’au minimum, le couple de dieux égyptiens allaient l’inviter pour une partie fine à trois ? Le désir le rendait con. D’ailleurs, « con » et « Apollon », ça rimait (même si c’était une rime pauvre et qu’il valait mieux que ça).
Il entendait son frère et ses deux idiots de copains qui se marraient derrière la porte des toilettes, lui demandant entre deux hoquets de rire de sortir de sa cachette, promettant qu’ils ne se moqueraient pas (s’ils ne riaient pas comme des baleines depuis un quart-d’heure, il aurait presque pu les croire ; enfin, à condition qu’il oublie avant qui ils étaient).

-Allez, Poli, sort. Ça sert à rien de te cacher, tout le monde t’a vu de toute façon, ricana Hermès.
-Pas question !

Même sa voix était ridicule. Jamais il ne se remettrait de cette histoire.

-Apollon, Apollon, Apollon…, chantonna Loki.
-Laissez tomber, intervint Gabriel. S’il ne veut pas sortir, qu’il reste caché. Et puis, j’ai entendu Artémis dire que si elle le revoyait comme ça, elle allait le transformer en trophée de chasse, jumeau ou pas. Histoire de laver son humiliation, je crois.

Il savait que Gabriel était du genre à inventer tout et n’importe quoi (en même temps, venant du type qui avait créer cette idiotie d’Internet, on pouvait s’attendre à tout), mais Apollon se demandait s’il n’y avait pas une trace de vérité dans ses propos ; sa jumelle était tout à fait capable de dire – et penser – ce genre de chose.

-D’ailleurs, c’était quoi, le nom qu’elle lui a donné ?, questionna Loki.
-Moritasgus. Le grand blaireau.

C’était décidé, il allait passer le reste de son immortelle vie dans ces toilettes ; jamais il ne pourrait se libérer de ce surnom stupide. Même s’il réussissait à se débarrasser de la tête de blaireau que son frère l’avait convaincu d’adopter. En plus, Horus détestait les blaireaux (mais ça, il ne l’avait découvert que trop tard).

Publicités

Semer des graines d'arc-en-ciel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s