Blogging U: Intro to poetry – jour 2

Thème du jour : visage. Avec en option : allitération. (et toujours, en vers libres)

*

Le rideau sale de ses cheveux cinabre dissimulait son visage
et les taches de rousseur dont il était parsemé.
J’espérais apercevoir, ne serait-ce qu’une seconde,
ses yeux absinthe, si éblouissants.
Je souhaitais savourer à la source de ses lèvres,
son rire cristallin qui s’envolait quand elle dansait dans l’air sucré de l’été.
Je surveillais l’apparition furtive, entre deux mèches garance,
de son sourire si souvent, trop souvent, triste.

Mais je savais que c’était impossible.
Plus jamais ses yeux ne s’ouvriraient.
Plus jamais son rire ne sonnerait.
Plus jamais ses lèvres ne souriraient.
Plus jamais elle ne danserait.
Son corps sans vie, cassé, ensanglanté,
gisait sur les pavés glissants de la grand-place,
une seule fleur de capucine, sur son sein.

C’était lui, le saigneur de Saint-Cyr !
Souvenirs sanglants, sensation de sombrer,
scène tout droit sortie du passé,
sueurs froides,
silence assourdissant.
Et quand je l’aperçus soudain,
assis près de la passerelle, souriant,
mes genoux s’écorchèrent sur le sol de la place.

C’était la fin.
Il m’avait retrouvé après toutes ces années ;
l’assassin de ma sœur, mon ancien amant, savait où j’étais
et le corps sans vie de ma petite danseuse
et les cinq pétales de la capucine
ne signifiaient qu’une seule chose :
c’était mon tour,
et cette fois, il n’allait pas me laisser me sauver.

Publicités

Semer des graines d'arc-en-ciel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s